Les aventures de Franky

Merci de partager

Des lieux d’hébergement provisoires pour les sans-abris ouvrent sur l’ensemble du territoire, mais le nombre de place reste insuffisant. Franky a testé pour nous ! Il a été refoulé à Avignon et Montpellier. Notre position depuis le début du confinement le 16 mars est de garder le mas de Carles le plus isolé possible, afin de préserver du virus les personnes que nous accueillons. Ne pouvant réintégrer Franky et ne pouvant le laisser sans solution, la décision a été prise de l’installer dans un hôtel. C’est là que d’autres complications sont apparues : trouver un hôtel ouvert ! Après de longues minutes passées avec des voix de répondeurs automatiques et les musiques qui vont avec, j’ai pu taper la touche 3 pour la dixième fois et trouver un motel en bord d’autoroute à un prix abordable.

Avec Franky, nous nous sommes retrouvés sur le parking de l’hôtel. J’ai pu constater qu’il se portait bien. Il a pu me dire qu’il comprenait la position du mas et qu’il souhaitait revenir dès le confinement terminé. Un peu d’argent pour dépanner, un colis de nourriture avec produits frais, la chambre réglée pour plusieurs semaines, tout cela avec pour témoin la responsable de l’hôtel qui rentre dans la conversation. Après quelques minutes et devant mon étonnement, elle dit à Franky qu’il est « sûrement un bon gars » et elle lui donne la clé du frigo réservée habituellement aux membres du personnel ! Il est bien installé et bien accueilli, je repasserai dans une semaine.

Avec les aventures de Franky nous découvrons une des qualités du Mas de Carles : rester fidèle à ses anciens résidents et en cette période de pandémie rester fidèle à ceux qui sont à l’extérieur. La fidélité c’est avoir foi dans la relation et rien d’autre et c’est déjà beaucoup. Cet engagement dans la relation fait partie « du mouvement d’accueil » dans lequel nous invite à entrer le fondateur du mas Joseph Persat.

Voici la posture d’accueil du mas de Carles – portée par les résidents, les bénévoles, les salariés- :

Une personne déshéritée franchit le seuil de notre Lieu à Vivre, malgré son histoire et ses difficultés du moment, cette personne arrive avec ses qualités. Elle peut apporter au groupe par ce qu’elle est, ce qu’elle sait faire, et par son savoir. Puis lorsque la personne va elle aussi s’engager dans la relation le lien va s’établir, surement gagner en qualité, il peut s’épaissir, se renforcer… se rompre. Rupture qui peut parfois être définitive. Au contraire le lien peut se renouer et comme quand on fait un nœud pour renouer deux brins d’une même corde, cette dernière est alors plus courte et les deux protagonistes sont alors plus proches. La fidélité du mas de Carles c’est tenir ce cap : « croire que la relation est possible ».

Pierre-Alexis Descours