LA VIE AU MAS

En février nous avions rencontré la mairie de Pujaut au sujet d’un éventuel projet de centrale photovoltaïque possiblement située sur le territoire de Pujaut, où la pierre affleure suffisamment pour la rendre impropre à toute production. Refus de la mairie. Au nom des promeneurs. Syndrome Nimby (Not in my backyard : Pas dans mon arrière-cour) ? Ailleurs oui, surement. Bah ! Peut-être faudra-t-il encore un peu de temps pour nous convaincre mutuellement de l’urgence à doter nos cités et nos villages de telles sources d’énergie !

Le 22 avril, rencontre avec le président du Grand Avignon. Nous nous connaissons de longue date, puisqu’il a été, dans une autre vie, directeur de l’AVEAT (à Sorgues), un centre de réinsertion pour publics en grande difficulté, avec qui le Mas a travaillé. Paisibles retrouvailles et, outre la participation financière maintenue au DLA, (initiée par son prédécesseur), est venue s’ajouter la promesse d’un soutien à la construction de la chèvrerie, à inscrire au budget complémentaire. Merci, Mr. le président !

Profitant de l’accalmie du virus (mais pour combien de temps ?), les rencontres des « Lieux à Vivre » ont repris leur rythme. Une s’est déroulée le 27 mai à La Bergerie de Berdine : c’était l’assemblée générale extraordinaire pour revoir la formulation de plusieurs articles des statuts de l’Union Interrégionale et prendre les mesures nécessaires à la protection de « l’appellation » LAV. Une autre, au Mas de Carles, le 1 juillet, a permis de reprendre nos habitudes du tour de table pour permettre à chacun de redire son actualité et ses projets. Autour de la table, nous avons accueilli la nouvelle directrice du « Gué » (dans la Drome). Un lieu d’accueil médicalisé pour personnes dépendantes à divers « produits » et qui fonctionne comme un « lieu à vivre ». Encore un peu de temps…

Le DLA (Dispositif Local d’Accompagnement) proposé par le Grand Avignon, se déroule au rythme d’une rencontre tous les quinze jours, environ. Revue de détail de la vie de la maison. Au-delà de certaines petites exigences personnelles, c’est l’occasion du nourrissement du regard de tous et des animateurs de ce processus qui croyaient venir au chevet d’une association malade, à la gestion hasardeuse… Au fur et à mesure se dessine le visage d’une association plus solide qu’imaginée par certains, dont la riche histoire alimente le dynamisme actuel et permettra de corriger les défauts de vigilance occasionnés par sa croissance.

Au regard des nouvelles conditions qui sont faites aux associations prodiguant de la formation, BE2A a décidé de mettre un terme à ses activités au Mas. A quoi est venu s’ajouter la retraite de Guy Chérino, qui a été le meneur des actions développées au Mas. Pot de départ et rencontre avec le patron. Une très belle page de notre commune existence se tourne. BE2A, sous le regard et l’impulsion de Guy, aura largement participé à l’évolution de notre maison (enfouissement des canalisations d’arrosage, de câbles électriques, plantation d’oliviers, etc.).

Le même jour, un point est fait sur le financement et l’avancement des travaux de la chèvrerie avec la DDETS et GSE. Suivi de la visite du chantier pour une meilleure appréciation de l’avancement des travaux.

Quelques jours avant, Mme Bories, maire de Villeneuve et son adjoint, avait procédé de même… avant d’accorder une rallonge au subventionnement de l’association, en direction du financement de la prochaine remorque frigorifique pour les marchés.

A Manissy deux rencontres bibliques, une autre avec des animateurs de l’aumônerie des gens du voyage ont précédé le vernissage de l’exposition (qui s’est déroulée entre fin juin et début juillet avec les œuvres de Pierre Cayol et de Joël Lemercier). 90 personnes au vernissage, 220 visiteurs et une quarantaine de participants aux rencontres proposées le samedi matin avec les artistes.

Profitant d’une fenêtre un peu plus claire dans l’avancée du COVID, le week-end « Ferme en ferme » a pu se dérouler le dernier week-end de juin. Moins de monde que les années précédentes (200 personnes). Mais toujours autant d’enthousiasme de la part des visiteurs, comme des résidents et des salariés engagés dans cette action de promotion de la maison sous un autre aspect que celui de son objet strictement social. Et un menu de roi (dégusté par une quarantaine de personnes) préparé par notre cuisinier.

Grâce à la prévenance du directeur du CCAS de Villeneuve les Avignon, les hommes de Carles ont peu à peu été vaccinés contre la COVID par l’intermédiaire du site du Forum des Angles dont le CCAS est un des partenaires. Pour certains des résidents, cela ne va pas sans questions (parfois alimentées de solides « fake news »). Tel cet homme qui refuse d’abord de se faire vacciner parce que ce vaccin rendrait stérile et qu’on ne peut pas être absolument certain de l’innocuité d’un vaccin si vite « inventé » ! Il y a quelques jours, il revient vers moi : « Vous savez, je me suis inscrit pour me faire vacciner. Je crois que c’est mieux pour tout le monde ! »  Merci à toi l’homme qui découvre la solidarité envers celles et ceux qui t’entourent. A ta manière, toi aussi tu luttes contre la 4ème vague !

Le 18 mai nous avons célébré les obsèques de Thérèse Tourneur (la femme de Pierre, engagé de toujours dans nos associations et surtout avec l’AVAI (le « 65 rue des Lices »), aujourd’hui disparue). C’est une belle figure, ferme et attentive qui nous laisse en chemin. Toute notre amitié à Pierre et à sa famille : « Toi l’absente / Tu le sais/ Désormais / Nous serons au monde / Par ta présence. Par ton regard / Par ton sourire / Par ta voix qui dit / Tout le chagrin, toute la joie / De l’impensée vie terrestre… » [1]

Le 21 mai, le Rotary est venu nous remettre un chèque de 3.500 € pour soutenir la construction de la chèvrerie. Merci à ces fidèles d’entre les fidèles pour leur soutien affirmé de la maison.

Pendant ce temps, par l’intermédiaire d’un administrateur, Florian Bouziani venait frapper à la porte du Mas pour solliciter un appui financier. Grand brûlé, il s’est remis debout grâce au vélo qu’il n’a plus quitté depuis. Il prépare actuellement un diplôme de conseil d’entreprise. En vue de sa participation aux mondiaux de la discipline qui l’a remis debout (il est aujourd’hui champion du monde handisport du contre la montre) et aux J.O. handisport. Après de longues et fortes discussions, le conseil a acté le principe d’un soutien financier à sa quête (au nom du statut « éducation populaire » de notre association). A été émis le souhait que cette pratique s’affine pour soutenir d’autres personnes en grandes difficultés, cherchant à nourrir leur élévation personnelle et sociale. A cette occasion, 1.200 € ont déjà été récoltés auprès des résidents, des bénévoles et des salariés de la maison.

Les hommes de Carles ont gagné un concours de pétanque avec ceux de Totout’Arts. Qui a également accompagné un groupe d’enfants (de 6 à 10 ans) à la découverte d’une exploitation agricole. Après la (trop) longue interruption de la COVID, nous relançons avec eux l’opération « Grain de sel », échange de recettes de cuisine et partage de nos expériences culinaires, tantôt chez l’un, tantôt chez l’autre.

De même, le centre de Guillaume Broutet est venu au mas dans le cadre d’un atelier « randonnée ».

Enfin notons que le mas de Carles participera au Festival « C’est pas du luxe » sous la forme d’une expo photo des portraits réalisés avec les photographes de Totout’Arts, du 24 au 26 septembre au Théâtre de l’Entrepôt (à Avignon).

Depuis quelques temps poulets et œufs disparaissent par dizaines. Vol ? On parle de renard à deux pattes. Sans doute, car les derniers départs (en vacances) des poulets a été un voyage collectif : plus de soixante bêtes se sont vol-atilisées. Nous attendons une prochaine carte postale pour connaître le lieu de leur villégiature.

Un courrier de la préfète du Gard vient conclure la démarche engagée il y a quelques temps par l’association. « Considérant que le fonctionnement de la structure et son financement ne sont pas en adéquation avec son statut juridique et qu’il convient de mettre en conformité l’activité avec la réglementation qui lui est applicable, tout en assurant la pérennité et la qualité de l’accompagnement proposé au public accueilli », l’arrêté préfectoral acte « le passage d’un financement sous dotation globale à un financement sous subvention » (« en fonction des disponibilités de crédits alloués à DDETS du Gard »). Merci à chacun de l’écoute et de la part prise dans ces échanges et cette décision.

Deux infos (sans lien avec ce qui précède ?) :

Depuis le 29 juillet, nous avons épuisé l’ensemble des ressources que la nature peut renouveler en un an (d’après les calculs de l’ONG Global Footprint Network). L’humanité vit à crédit, comme chaque année depuis plus de cinquante ans. » (Journal Libération, 29.07.2021).

Au premier trimestre 2021, 1.146 migrants sont morts noyés en Méditerranée. Le double de l’année dernière et de l’année précédente.

[1] François Cheng, La vraie gloire est ici, nrf, 2015, p. 121.