Frère d’âme

Merci de partager

Un tout petit livre. Qui a reçu le prix Goncourt des lycéens en 2018. Frère d’âme est signé par David Diop [1]. Je l’ai lu d’une traite. Une langue incantatoire, folle de la folie humaine quand cette folie devient une manière de vivre quand le sang imbibe la terre des tranchées de la guerre.  Un regard parfois halluciné sur le monde qui l’entoure. Et cette vérité toute nue qui nous dit à l’envi la complexité de chacun de nos gestes : « Je n’ai pas été humain avec Mademba, mon plus que frère, mon ami d’enfance. J’ai laissé le devoir dicter mon choix… je ne lui ai offert que […] des pensées recommandées par le respect des lois humaines, et je n’ai pas été humain. » J’ai lu dans ces lignes comme le débat que chacun de nous est invité à ouvrir à l’intérieur de nos militances.

[1] Editions du Seuil, Points, 2018.