DITS

Merci de partager

« La crise révèle à la fois l’impératif de penser à nouveaux frais nos certitudes sur la manière d’habiter le monde et l’impératif de trouver les moyens de les penser conjointement. Il ne s’agit pas de supprimer l’interdépendance mais d’en changer l’orientation. Comment ? En procédant à un retissage plus solidaire des modes de vie, de production, de consommation, mais aussi des échelles financières, des marchés internationaux et des endettements nationaux. Le « kairos » est là, qui permettrait de passer de la générosité avec laquelle s’est déployé le soin prodigué aux malades à une créativité généreuse pour prendre soin, ensemble, de la maison commune… par-delà l’émotion qu’a provoquée la crise, la recherche des meilleures voies possibles pour consolider notre avenir commun, soit non pas collective, mot du passé, mais fraternelle, mot du futur. »

Bruno Cadoré

Ancien maître de l’ordre des dominicains


« Le discours sur les premiers de cordée… avec une promesse de prospérité pour tous à condition de donner davantage de moyens financiers aux plus favorisés, de récompenser le succès, ceux qui créent des entreprises et investissent, pourrait dans l’absolu être convaincant. En l’occurrence, il est décalé par rapport à la réalité historique de ce que l’on vit…Et ça explique, en grande partie, le malaise social actuel… On ne peut pas avoir confiance à l’avenir sans justice ni égalité… Les 50% des plus pauvres détiennent à peine 5% du patrimoine total, alors que les 10% les plus riches en possèdent 55%, et 1% parmi les plus riches, 25%. »

Thomas Piketty, JDD 21.06.2020


« Jamais l’humanité n’a disposé d’autant de richesses, jamais elle n’a possédé de techniques aussi efficaces et puissantes, jamais elle n’a maîtrisé un tel savoir et pourtant, jamais au cours de l’Histoire autant d’êtres humains n’ont été privés de l’essentiel. »

Serge Mongeau,

« père » de la simplicité volontaire au Québec.


Le PDG de Carrefour a gagné en un an 413 fois le salaire moyen au sein de son entreprise. Entre 2009 et 2018, « la rémunération des grands patrons a bondi de 60% et le versement aux actionnaires de 70% », précise le rapport d’Oxfam sur le non-partage des richesses au sein du CAC40, publié mi-juin de cette année. Inégalité, quand tu nous tiens !

Journal Libération, 22.06.2020.