COVID-19 La vie du Mas de Carles

Où trouver nos produits !


Le Mas de Carles livre à domicile !


Durant le confinement nous vous tiendrons informés au jour le jour (ou presque) de la vie du Mas de Carles


Confinement : jour 24

Un peu partout, des hommes parlent de l’avenir de cette crise. Pour affirmer qu’il « serait terrifiant de ne pas profiter de cet arrêt général pour infléchir sur le système actuel » (Bruno Latour). Et racontent que ce qui paraissait impossible (infléchir l’économie, transformer les rapports entre administration et monde associatif, réinventer les termes d’une empathie et d’une recherche commune de solutions adaptées…) est devenu soudainement possible en quelques jours de virus. Je suis assez d’accord pour soutenir ce genre d’approche. On ne pourra pas reprendre comme avant, pour nous ni pour personne… même si le passé à largement prouvé l’aléatoire de ce genre de propos. Les questions viennent pourtant : à quoi sommes-nous vraiment attachés ? Quelles formes devrait bien prendre notre accompagnement de l’humanité des plus pauvres ? Avoir été relativement esseulés pour « assurer la continuité du service public » au mas de Carles (mais ailleurs aussi, je suppose) ne peut pas ne pas avoir de conséquences sur nos imaginations collectives de l’avenir.

Pendant ce temps-là le temps s’étire et s’allonge au Mas. Reporté de quinze jours en quinze jours, nous nous redisons (collectivement) que c’est bien le respect des règles de ce confinement qui nous a permis, pour l’instant, d’échapper à la contamination : ce ne sont pas les plus faibles ni les plus vieux qui s’en plaindront. Une forme de vie différente s’est installée autour de l’organisation de nos ventes, de la marche de la maison tour à tour prise en charge par les uns et les autres. Un temps fort ! Et la redécouverte d’une solidarité réciproque clairement assumée… à quelques minuscules exceptions près.

Bien sûr, ceux du dehors trouvent eux aussi le temps long. Mais la règle est la même pour tous et pour tous il est nécessaire de tenir. A défaut, comment contiendrions-nous les désirs d’extérieurs de ceux du dedans, si ceux du dehors se mettaient à enfreindre les règles que nous nous sommes données (et partagées) avant le commencement de ce retrait collectif ? Sans compter le risque toujours présent de ramener du dehors la possibilité de la contamination du dedans ! Rappel pour ceux du dehors qui interviennent au-dedans d’avoir à respecter pour eux-mêmes les règles du confinement et des gestes barrières.

Cette période est marquée, du dedans, par quelques belles initiatives dans les murs de la maison : réorganisation et simplification des manipulations dans la geste fromagère pour Moussa, Géraldine et Moussa ; nettoyage des abords (comme cela doit se faire un peu partout par les « confinés » ayant un jardin ou un potager) ; planification améliorée des listes de courses ; invention d’une nouvelle confiture à base d’ananas ; et, devant les demandes de quelques-uns plus sportifs que les autres, repérage et premiers « coups de pioches » (mais non, bien sûr, le manitou est entré en scène avec Jean-Noël) pour aménager une descente et commencer à signaliser un parcours possible. On en reparlera surement : ce « circuit » à l’intérieur de la maison (dans sa partie villeneuvoise) pourrait bien devenir un parcours VTT et être « inauguré » à la prochaine Porte Ouverte : depuis le temps qu’on en parle !

Et du dehors ce geste de Berthe et de Pierre, vieux et fidèles compagnons de nos chemins de solidarité, eux étant en lien de responsabilité avec l’association du Nid. Ils nous font parvenir, par une amie de Shanghai, une boite de masques… ce qui fait une énorme différence avec beaucoup de ceux sensés nous accompagner dans notre démarche auprès des résidents du Mas.

« Voilà ce qui peut nous sauver : la conscience de notre précarité. Car nous sommes fragilisés à éradiquer la fragilité. Notre système immunitaire psychique vit en quarantaine du malheur dans nos sociétés privilégiées. Voilà une occasion pour lui de travailler ses défenses (par défenses entendons lucidité, confiance et solidarité). Et cette pensée que nous avons tant à apprendre me tranquillise un peu, cette pensée que la fièvre est aussi une défense, une remise à jour. » (Marion Muller-Colard)

Olivier Pety, 9 avril 2020

Merci pour vos messages qui sont lus et affichés !

A demain. contact@masdecarles.org

Confinement : jour 20

Malgré nos efforts et l’entregent du cuisinier, Frankie ne s’est pas représenté pour récupérer papiers et adresse de confinement. A Cannes, le palais des festivals « s’aménage » en dortoir et salle de confinement pour les SDF de la ville. « Tapis rouge » pour les SDF. Et s’apercevoir que leur situation ne relève pas d’un cinéma calculé : « On ne choisit pas d’être pauvre » ? Du coup, 59 lieux de cette sorte ont été ouverts (au 2 avril) : à Sète, à Avignon d’autres salles ou maisons communes sont mises à la disposition des « sans abri » : enfin, a-t-on envie de s’exclamer. Et merci à celles et ceux qui participent à la gestion de ces lieux… où Frankie aura peut-être su trouver refuge et qui permettra à ces hommes de la rue d’être accueillis quelque part, plutôt que simple sujet de contraventions multiples… oublieux que nous sommes que la rue est bien leur « maison » en temps ordinaire sans que cela nous gêne plus que cela. 

(lire la suite……..)

Samedi 4 avril

Nous pouvons le dire aujourd’hui, nous n’avons plus de crainte pour écouler les fromages de chèvre, et ce malgré une production qui a encore augmenté cette semaine pour atteindre près de 380 fromages par jour. Ce défi a été relevé par l’ensemble du mas. Merci aux chevriers et fromagers. Merci à tous ceux qui prennent les commandes, les préparent, les livrent.

(lire la suite……..)

Jeudi 2 avril. 

Et pendant ce temps-là le printemps fait son œuvre. La cour du vieux mas prend une nouvelle teinte vert tendre.

(lire la suite……..)

 


Confinement : jour 16

Il avait sa place parmi nous. Puis il a disparu : une fois, deux fois. Chaque fois, le hasard faisant bien les choses (à moins que ce ne soit l’efficacité de notre désir de le retrouver) il est revenu à l’occasion d’une rencontre impromptue. La troisième fois sera moins drôle : Covid19 chamboulant tous les plans, quand il s’est présenté à nouveau, le confinement était bien entamé, qui nous rendait son accueil impossible. Lui-même en convenait. Mais rien de bon pour lui. De quoi manger, quelques affaires chaudes, une paire de chaussure… et les amendes qui pleuvent (7 en une semaine) sans considération de son état d’errant, sans que lui soit communiqué la moindre indication d’un lieu où aller. Peu après nous lui trouvons une solution… ne reste plus qu’à y aller sans risquer une nouvelle amende !

(lire la suite……..)

Confinement : jour 12

Et les marchés ont été interdits. Comment dire ? Horrible soupçon : est-ce que rien n’aurait changé dans les orientations gouvernementales, tant cette décision semble encore privilégier et enrichir les grosses structures de l’alimentation (sans égard pour la concentration de personnes que cela représente et les risques qui vont avec), plutôt que les petits producteurs qui n’ont que les marchés pour vivre (et nous en sommes, pour une part) ? Au cœur de la crise, rien ne changerait donc dans la logique institutionnelle ? Tout continuerait donc à aller toujours aux mêmes, confortant l’inégalité face à la peur ? Devant cela la Confédération paysanne se mobilise pour demander aux maires et aux préfets d’agir pour le maintien des marchés et la mise en place d’alternatives (avec modes d’emplois concrets). Et nous avons signé avec elle. Et nous avons commencé à travailler ces alternatives en faisant appel à nos réseaux.

(lire la suite……..)

MERCREDI 25 MARS

Suite à l’interdiction de la vente sur les marchés, nous avons fait appel à notre réseau et pris les commandes. Qu’il est bon de se savoir si soutenu ! Points de vente

(lire la suite……..)

MARDI 24 MARS

L’information est tombée hier : « interdiction des marchés sur l’ensemble du territoire ». Notre premier questionnement fut : Comment écouler nos produits et notamment nos fromages ?

(lire la suite……..)

LUNDI 23 MARS

Confinement : Jour 8

Lentement une forme de vie s’installe. Différente. Sur un chemin non tracé, accompagné par la prise de conscience que ce qui se passe dehors n’est pas sans conséquences pour nos propres vies. Alors, devoir trouver des repères intérieurs (à l’intérieur de la maison comme à l’intérieur de nous-mêmes), hors des routines qui nous reliaient à l’extérieur, dans l’entre nous et en nous.

(lire la suite……..)

Premier week-end de confinement…

…et premiers jours de printemps, ne l’oublions pas.

Claire nous envoie une photographie de l’intérieur du mas :Merci pour tous ces messages qui nous sont régulièrement remontés par les bénévoles. Et régulièrement je les réunis sur un document intitulé « Quelques pensées de l’extérieur, pour nous qui sommes à l’intérieur », qui est ensuite affiché à la porte du bureau de Maryse.

(lire la suite……..)

JEUDI 19 MARS

C’est jour de marché à Villeneuve. Le mas de Carles a tenu son stand. Plusieurs clients sont venus s’approvisionner en fromages, poulets et confitures.

(lire la suite……..)

Mercredi 18 mars

Ce matin des interrogations totalement légitimes apparaissent, comme : « les salariés qui viennent travailler ou qui vont faire les courses, vont nous apporter le virus ? ». C’est l’occasion de reprendre les règles actuelles imposées à chacun, valables pour le mas, mais aussi à l’extérieur. 

(lire la suite……..)


Mardi 17 mars 2019

Nous poursuivons l’activité : (lire la suite……..)

Lundi 16 mars 2020

Hier (lundi 16/03) a été la journée de préparation avant confinement. Nous avons pu récupérer la nourriture de plusieurs cuisines collectives en train de fermer. (lire la suite……..)

Vos mots de soutien font bien vraiment leur travail !

contact@masdecarles.org